Lumière, non-lumière et pensées

 

Nos pensées créent, qu’elles soient plus ou moins emplies de lumière

Notre dualité

Nous sommes venus dans cette expérience de vie actuelle expérimenter la dualité, le Yin et le Yang, le blanc et le noir, le positif et le négatif, le bon et le mauvais, etc. Mais soyons compréhensifs avec nous-même, avec notre perception de ce qui nous entoure, de ce que nous sommes, de ce que nous vivons, et comment nous le vivons.

Bien entendu, depuis 2000 ans que dure cette expérimentation de la dualité, sur la Terre, nous sommes véritablement imbibés d’une vision très « tranchée » de la réalité : « si ce n’est pas bon, c’est donc mauvais », « si ce n’est pas blanc, c’est noir », « si ce n’est pas positif, c’est négatif », etc.

Et bien non, rien n’est véritablement tranché, et cette attitude démontre que pour avoir une telle perception de la vie, on est dans le « Faire » : « Je fais, ou je ne fais pas ! ». De plus, si tout était aussi tranché, quelle part resterait-il à notre expérimentation dans cette vie, de l’épreuve choisie ? Et bien aucune car l’interprétation, la compréhension pouvant en découler, nous serait impossible et cette expérience inutile…

Nos espaces lumineux et moins lumineuxSi l’on « Est » tout simplement, au lieu de vouloir « Faire« , nous observerons très rapidement un changement notable en nous, et par voie de conséquence dans notre environnement.

Si l’on « est » en acceptant que rien ne soit « tranché », ou « binaire » pourrait-on dire, nous acceptons les zones lumineuse comme les moins lumineuses en nous. Ces espaces « moins lumineux », voire même en « absence de lumière » sont nécessaires à notre compréhension de la vie, à notre évolution. Nous ne devons pas les rejeter, car cela reviendrait à rejeter une partie de nous-même, peut-être justement la ou les partie(s) que nous sommes venus travailler dans cette vie-là.

Les pensées positives

Depuis des décennies, car ce concept est relativement récent, nous sommes abreuvés de slogans destinés à nous aider à nous élever d’un coup de baguette magique, tels :

  • changez vos pensées et vous changerez votre vie
  • la loi d’attraction…
  • la puissance de vos pensées transforme votre réalité, votre quotidien…
  • pensez positivement,
  • soyez positifs et bénéficiez de la Loi d’attraction…
  • réfléchissez et devenez riche
  • transformez votre réalité par la puissance de vos pensées

  •  
Des milliers et des milliers de livres et de films, d’atelier, de séminaires de gourous bien-pensants,  véhiculent ces concepts.Pensez-vous qu’ils puissent vous aider efficacement dans votre progression ? « Pas vraiment… »

Qui n’a pas entendu parler de la Loi d’attraction, qui bien sûr prise au premier degré, à permis à certains auteurs et éditeurs de gagner beaucoup d’argent, tel le livre « Le Secret », dont le principal bénéficiaire… fut l’éditeur !
Mais, quel lecteur peut se prévaloir d’avoir progressé sur son chemin de vie, après l’avoir acheté et lu ?
Et c’est normal que cela ne fonctionne pas, car nous savons bien au fond de nous-même, que nulle « baguette magique », nul « concept magique » ne peut réaliser pour nous ce qui est de notre ressort exclusif.

Le jour où nous accepterons que le « film de notre vie » est « notre film », celui que nous façonnons nous-même chaque jour, mais ne peut être issu d’une quelconque production cinématographique, nous aurons fait un grand pas en avant.

Pourquoi ces concepts ne fonctionnent généralement pas :

    Les pensées émises lors de telles actions, sont généralement émises avec notre mental, notre ego, qui pense : « Je vais faire cela ou cela et j’obtiendrais… »Ces concepts sont la source d’un commerce éhonté, non destinés à nous aider, mais à permettre à certains de gagner de plus en plus d’argent, à notre détriment. En acceptant cette réalité comme étant La solution à vos problèmes, nous sommes en plein dans le « faire » piloté par le mental.En voulant émettre des pensées « positives » destinées à nous être bénéfiques, nous rejetons la partie de nous-même moins lumineuse que l’autre, celle que notre mental nous montre, en nous laissant croire que les ‘problèmes » proviennent de la partie la moins lumineuse en nous. Ce faisant, nous sommes encore une fois dans le « faire« .En rejetant cette partie « moins lumineuse » en nous, nous nous ôtons toute possibilité de vivre pleinement l’expérience de la dualité, que nous avons souhaité vivre durant cette incarnation. En fait, nous nous trahissons nous-même.Si l’on se polarise sur nos espaces lumineux au détriment de nos espaces moins lumineux, nous sommes à ignorer une partie importante de nous-même : justement ces espaces « moins lumineux ». Ces espaces constituent ce qui forme notre personnalité dans cette vie, nécessaire à l’expérience de vie que nous avons choisi. De plus, ils représentent le travail de compréhension, d’amour, que nous avons à faire sur nous-même pour progresser.
     
Avoir mentalement des « pensées positives » ne sert à rien pour nous aider à progresser dans notre expérience de vie, surtout si pour les émettre, nous rejetons les zones moins lumineuses en nous.

Les espaces moins lumineuxCes espaces « moins lumineux » en nous, que nous appelons « zones d’ombres », « zones obscures », « coté obscur », etc. ne doivent pas êrte rejetés, mais aimés. choyés, afin de progressivement les transformer en espaces lumineux. À ce moment là une véritable transmutation s’opèrera en nous, sans qu’il soit besoin de faire quoi que ce soit, simplement en acceptant, en aimant ces espaces moins lumineux en nous, faisant partie intégrante de notre être.

La conduite de notre vie

Afin de pouvoir vivre pleinement notre expérience de vie, celle-ci nous propose chaque jour, à chaque instant, ce que l’on pourrait nommer des « opportunités de croissance », présentées sous la forme de défis, d’obstacles à surmonter. Lesquels défis sont générateurs d’émotions diverses et variées, telles l’angoisse, la colère, la peur, la tristesse… Ces émotions que l’on qualifie de « négatives » ne sont que le reflet de nos espaces « moins lumineux », sur lesquels nous devons travailler et non les occulter.

Si nous les abordons avec notre mental, notre vision de la vie deviendra très étroite, et nous en concluerons qu’il convient de les exclure. D’où la tentation de vouloir s’enfermer dans une bulle de lumière, afin de ne pas voir ce qui dérange… mais qui nous est nécessaire pour la poursuite de notre expérience.

Certains voudraient voire ici le « danger des pensées positives »… Mais il ne dépend que de nous d’accepter de voir ce qui nous dérange, de l’apprivoiser, de l’aimer, et non de le fuir. Nous ne pouvons vivre indéfiniment dans une bulle de lumière, qui nous donne une illusion de sécurité, car les tensions que nous générons de par notre déni, feront « éclater la bulle » et nous recevrons en pleine face nos zones de non-lumière que nous avons refuser de voir, que nous avons fuits.

Ce n’est pas dans la fuite que nous trouverons le bonheur de réussir notre expérience de vie, car nous serons toujours dans la peur et l’angoisse de notre ombre. Dans la fuite, nous entrons dans le déni d’une partie de nous-même, au profit de l’autre que nous considérons mentalement comme étant « positive ». Or ce faisant, en niant une partie de notre personnalité et des sentiments s’exprimant au travers d’elle, nous renforçons notre croyance en nous-même, que nous ne sommes pas « bons », n’avons pas fait les « bons choix », sommes des « perdant », sommes issus de « basses vibrations »…

Aussi, il convient de regarder la réalité en face et de nous aimer tels que nous sommes vraiment : avec nos espaces de lumière et de non-lumière, qui forment notre personnalité, durant cette expérience de vie. Il ne tient qu’à nous d’œuvrer pour transmuter nos espaces de non-lumière en espaces de lumière. Pour cela, commençons par les reconnaître, les accepter, puis les aimer.

Posons-nous la question : « est-ce que je m’aime ? ». Si la réponse est non, analysons pourquoi nous en sommes à penser cela. Identifions nos faiblesses, nos zones d’ombre… et éclairons-les de notre amour. Car à y réfléchir :
• pourquoi être en guerre contre nous-même ?
• qu’est-ce que cela génère en moi ?
• suis-je plus heureux en rejetant une partie de moi-même plutôt qu’en la reconnaissant ?

Nos pensées

Pour en finir avec cette expérience difficile, de la dualité, cessons de classer nos pensées en « pensées positives » ou en « pensées négatives », car ce faisant nous sommes dans le jugement et renforçons la dualité en nous.

En fait, qui décide ce qui est « positif » ou « négatif » ?
Où se situe la ligne de démarcation entre le « bien » et le « mal » en nous ?
Dans notre monde ce n’est pas très clair et notre psyché est quelque peu perdue, les émotions deviennent trop présentes… Notre mental saisi l’occasion qui lui est donné pour rasseoir son pouvoir et décider à notre place ce qui est « bon » ou « mauvais » en nous et… pour nous !

N’oublions pas : nos pensées ne sont que des véhicules contenant l’énergie circulant en nous, au niveau vibratoire dans lequel nous sommes au moment où nous les émettons.
Donc, si nous ne souhaitons pas que les pensées que nous émettons soient d’un bas niveau vibratoire, cela ne dépend que de nous. L’angoisse, la colère, la peur, nous y entraînent… alors que l’amour nous permet de remonter instantanément notre niveau vibratoire.

Bien que des mots de haine, de jalousie, de rancœur, ne puissent être dit avec amour (?) … Mais à y bien réfléchir, pourquoi nous auto-flageller ? Est-ce nécessaire à notre évolution, à notre progression ?

Nous créons par nos pensées notre réalité de demain…

Désamorcer nos peurs

Si nous ne décidons pas de surmonter nos peurs afin de les transmuter en lumière, nous pouvons consacrer notre vie entière à les subir et les aider à se développer…

  • Est-ce véritablement cela que nous voulons ?
  • Est-ce cela que nous sommes venus expérimenter dans cette vie, ici et maintenant ?
  • Est-ce qu’à force de les subir, nous allons accepter de vivre les dysfonctionnements inéluctables de notre corps physique, tout comme de notre psychisme ?
Bien sur que non ! Aussi, reprenons le contrôle de nous-même, sans rejeter aucune partie de nous, sans jugement, mais en reconnaissant qui nous sommes, incluant chaque espace de notre être, qu’il soit lumineux ou moins lumineux et aimons ces espaces quels qu’ils soient, afin de les unifier dans leur rayonnement.

Si nos sentiments d’angoisse, de peurs sont très importants, alors, essayons d’envisager le pire des scénarios que nous sommes capables d’imaginer.
Puis, analysons chaque point de ce scénario afin d’identifier les possibilités ou non de sa réalisation.
Nous constaterons au fur et à mesure de l’avancement de l’analyse, que nos peurs perdront progressivement d’intensité, pour devenir de plus en plus faibles, et nous pourrons en conclure que leur probabilité de réalisation est pour ainsi dire nulle… et ne doit plus être envisagée comme « possible ». Ce faisant, nous venons de transmuter nos peurs en Lumière !

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, Voiron (Isère) France

Courriel : jean-paul@thouny fr
Site web : www.jean-paul.thouny.fr

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net


Pour un meilleur partage, indiquer la source de votre lecture, en respectant le texte, y compris cette ligne.
http://etredelumiere.ordi-netfr.com/

"J’ai l’espoir que les gens ne prendront pas ce qui est dit comme la vérité,
mais la découvriront par eux-mêmes, parce que la vérité n’est pas dite, elle est réalisée."
Ne prenez rien pour vérité. La vérité, votre âme la connait, car la vérité ne s’enseigne pas « elle est ».
Prenez l’habitude de vérifier par vous-même, de vous renseigner, de vous informer et d’écouter votre sagesse intérieure. Vous avez votre Libre arbitre. Ne discutez jamais une intuition. Suivez-là. L’univers est gigantesque ! La vie dans l’univers est au-delà de l’imagination humaine ! Vous ne concevez qu’une infime partie de ce que peut être la vie..

« Nous sommes tous des visiteurs de ce temps, de ce lieu. Nous ne faisons que les traverser. Notre but ici est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer… Après quoi nous rentrons à la maison. » Proverbe aborigène

 


Page générée en 0.000153 secondes