Réguler la température du corps

 

Vous pouvez "climatiser" votre corps. Lorsque vous souffrez de la chaleur, vous pouvez la réguler en faisant un travail en conscience. Pour cela, il faut tout d’abord rester centrés en vous-mêmes.

Visualisez-vous totalement dans la lumière blanche et demandez au Divin en vous, à l’Etre de Lumière que vous êtes de faire le travail de régularisation de la chaleur émise par votre corps et surtout de celle venant de l’extérieur.

Dans ce travail, il ne faut absolument pas faire intervenir votre mental. Connectez-vous à votre puissance intérieure, visualisez-vous dans la lumière blanche et laissez faire en vous ce travail de régulation de la chaleur de votre corps.

Il vous faudra apprendre à réguler la température aussi bien très froide que très chaude que vous aurez à supporter dans ces grandes transformations qui ont commencé. La nature ne sera plus clémente comme elle l’a été depuis des millénaires. Comme vous pouvez le constater, elle est non seulement déréglée mais subit aussi les turbulences et les perturbations de toutes les pensées émises par l’humanité. Elle subit aussi toutes les transformations, toutes les perturbations venant de l’Univers, qui doivent faire changer votre monde de dimension et vos plans de conscience.

Au niveau de votre climat, il se passera des choses étranges que les scientifiques ne pourront expliquer et que vous subirez. Ce que nous vous demandons avec insistance, c’est de prendre conscience de votre pouvoir intérieur. D’aucune manière, vous ne devez vous laisser emporter par des peurs quelles qu’elles soient.

Imaginez que vous faites la traversée du désert mais en conscience, avec la certitude que vous allez atteindre le but sans aucun dommage. Commencez à faire l’expérience, centrez-vous au niveau du cœur, essayez de visualiser tous vos centres de force alignés et inondez-vous de lumière blanche. Demandez à votre corps de supprimer toute chaleur qui vous incommode.

Demandez à l’Etre de Lumière qui est en vous de faire une protection extérieure contre la chaleur qui pourrait vous incommoder. Ressentez la température baisser à l’intérieur comme à l’extérieur et vous vous sentirez bien bien. Certains d’entre vous pourront même ressentir un léger courant d’air.

Plus vous serez centrés sur le travail, plus vous sentirez la chaleur de votre corps diminuer et vous vous sentirez de mieux en mieux.

Pour le froid comme pour le chaud, considérez que lorsque vous vous mettez dans cette lumière blanche, vous êtes protégés des températures extérieures, de la même façon que si vous faisiez une coque de protection autour de vous .

Sachez que lorsque la température extérieure monte de façon très importante, votre température intérieure peut faire de même, ce qui peut occasionner des dommages à votre corps physique, d’où l’importance d’essayer le plus possible de vous climatiser par la pensée, avec la certitude de votre pouvoir intérieur.

Instinctivement, vous saurez vous adapter à nombre de situations que vous aurez à vivre ; vous penserez que ce sera grâce à votre instinct de survie alors que c’est une autre partie de vous-mêmes qui agira. Vous deviendrez de plus en plus complets dans vos possibilités.

Les hommes pensent souvent que l’instinct de survie est très puissant. Nous dirons que ce n’est pas exact car c’est une autre partie de vous-mêmes qui entre en action quand cela est nécessaire. Vous pouvez accéder à d’autres parties de vous-mêmes en conscience pour vous aider dans toutes situations.

Cependant vous ne pouvez accéder à ces autres parties de vous-mêmes qu’à une seule et unique condition, c’est que la vibration de peur ne vous freine pas, ne vous perturbe pas, et que vous ayez une grande confiance quant à vos possibilités, quant à votre puissance intérieure.

Par rapport à l’homme de demain, ce que vous êtes aujourd’hui est l’équivalant d’un homme sourd et aveugle, d’un homme handicapé. Demain, vous verrez différemment, vous entendrez différemment, vous retrouverez beaucoup de possibilités qui pour l’instant ne se sont pas manifestées.

Apprenez à ne pas travailler avec votre mental , (surtout avec votre mental inférieur), mais travaillez avec ce qu’il y a de plus précieux, le pouvoir gigantesque qui demeure en vous ; apprenez à travailler ce pouvoir avec le cœur, avec l’Amour, avec la confiance, avec la foi ; ne dites pas je veux, dites je fais, je sais que je peux faire et je sais que tous mes désirs seront exaucés.

Il est très important de mieux vous connaître pour progresser plus vite, il est important que vous découvriez chaque jour davantage vos immenses possibilités. Vous pourrez le faire au travers de difficultés mais aussi au travers d’un travail dans l’Amour, dans la sagesse, dans la confiance et dans la certitude absolue de ce que vous êtes.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
  • qu'il ne soit pas coupé
  • qu'il n'y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à notre site  http://ducielalaterre.org
  • que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

    Pour un meilleur partage, indiquer la source de votre lecture, en respectant le texte, y compris cette ligne.
    http://etredelumiere.ordi-netfr.com/

    "J’ai l’espoir que les gens ne prendront pas ce qui est dit comme la vérité,
    mais la découvriront par eux-mêmes, parce que la vérité n’est pas dite, elle est réalisée."
    Ne prenez rien pour vérité. La vérité, votre âme la connait, car la vérité ne s’enseigne pas « elle est ».
    Prenez l’habitude de vérifier par vous-même, de vous renseigner, de vous informer et d’écouter votre sagesse intérieure. Vous avez votre Libre arbitre. Ne discutez jamais une intuition. Suivez-là. L’univers est gigantesque ! La vie dans l’univers est au-delà de l’imagination humaine ! Vous ne concevez qu’une infime partie de ce que peut être la vie..

    « Nous sommes tous des visiteurs de ce temps, de ce lieu. Nous ne faisons que les traverser. Notre but ici est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer… Après quoi nous rentrons à la maison. » Proverbe aborigène

     


Page générée en 0.000118 secondes