Trouver la vocation

 

Shari : Trouver la vocation - Mission, tâche et vocation - Août 2018 - Transmis par Shari (Autriche) - Aimablement traduit de l'Allemand par Sophia (Belgique) pour le site ashtar.sheran.free.fr - Un grand merci à Sophia.

Bonjour chers amis! Il y a très longtemps que je ne vous ai plus contacté de cette manière. Voici la raison en quelques mots : j'étais simplement trop occupée par ma tâche, ce qui m'a temporairement empêché de poursuivre ma vocation !

Peut-être que tu comprends le sens de cette phrase ou que tu en as au moins une idée vague. Si non, je voudrais tout particulièrement te recommander cette « lettre ». Si oui, tu peux bien sûr continuer à la lire, car il se peut que tu trouves l’une ou l’autre indication concernant le fait de trouver/vivre ta vocation, pour le cas où tu ne l’as pas encore trouvée et/ou que tu ne la vis pas encore.

Cela fait plus de 10 ans que je peux exercer ce métier merveilleux où j’accompagne des personnes dans leur quête spirituelle, où je peux leur servir de guide temporaire, et la question la plus fréquente qu’on me pose actuellement est : « Quelle est ma tâche ? »

Hélas, c’est aussi la question à laquelle le monde spirituelle ne donne une réponse concrète que dans des circonstances très particulières.

D’une part parce que nous sommes appelés à répondre nous-mêmes à cette question et d’autre part parce que tâche, mission et vocation ne sont pas la même chose.

Je suis bien consciente que la plupart des gens qui me posent cette question, aimeraient au fond recevoir des informations concernant leur vocation. Mais pour la plupart il n’est pas clair que pour pouvoir enfin réaliser et vivre notre vocation, il faut d’abord être conscient de notre mission et ensuite faire face à la tâche individuelle. (Remarque: La tâche ne doit pas être complètement résolu pour vivre la vocation, mais plus à ce sujet plus tard.)

J'ai donc décidé d’écrire un article général dans lequel je montre à la fois les différences entre mission, tâche et vocation, de même qu'une petite instruction montrant comment arriver à connaître votre vocation ou, si vous la connaissez déjà, comment la vivre.

Commençons par l'étape 1:

Devenir conscient de la mission

C'est en fait très facile, car ... attention… : Nous avons tous la même mission !

Oui, relis-le ; - Nous avons tous la même mission !

Car la mission de chaque âme incarnée sur la Terre est - l'incarnation en tant qu’être humain!

Pour comprendre cela, il faut d'abord changer la perspective et regarder la vie sur la Terre à travers les yeux de notre âme.

La Terre est un endroit qui offre une pléthore d'expériences possibles, et chaque expérience est précieuse pour le grand tout.

Peu importe que tu sois au chômage, que tu ais un problème plus ou moins important par rapport à l’alcool, ou que tu sois un grand guérisseur - l'expérience faite est ce qui compte pour l'âme et elle ne l'évalue pas en bon ou mauvais.

Oui, il arrive même que l'âme trouve une expérience négative, du point de vue humain, comme particulièrement instructive et que le potentiel de croissance qu'elle en tire pour elle-même, est particulièrement importante.

Mais, bien au-delà, chaque expérience que nous faisons en tant qu'être humain, est également utile pour tous

Beaucoup connaissent le terme « Chronique de l’Akasha », une sorte de bibliothèque spirituelle qui héberge toutes les expériences humaines enregistrées pour l'éternité. Là, d'autres âmes peuvent bénéficier de nos expériences, elles peuvent les utiliser comme source d'inspiration ou comme avertissement. Et cette bibliothèque grandit avec chaque expérience que tu fais, aussi petite soit-elle.

C’est notre mission à tous : la création d’un réservoir d’expériences qui contribuent à la croissance et au développement du grand tout.

Bien souvent aussi, dans mon travail, j'ai entendu la question : «Est-ce que je suis sur mon chemin ? »

Et là aussi, la réponse du monde spirituel était toujours la même, à savoir : « Tu ne peux pas ne PAS être sur ton chemin parce que personne ne le peut ! »

Chaque chemin emprunté, sans exception, est important et précieux du point de vue de l'âme.

Mais il y a une sorte de « clause » concernant notre contrat, qui stipule :

Suis ton chemin d'une manière qui te rend heureux, sans nuire à autrui !

Ne pas tenir compte de cette clause ne veut pas dire que nous abandonnons « notre chemin », mais cela ne nous mène ni à notre vocation, ni à un état de satisfaction.

Car en fin de compte, la Chronique de l'Akasha, à laquelle nous contribuons tous, nous montre de nombreux chemins possibles pour trouver le bonheur sans causer de dommages. Elle nous montre à la fois comment cela fonctionne et comment cela ne fonctionne pas.

L’étape numéro 1 sur notre chemin pour trouver notre vocation, c’est donc être conscient de la tâche de notre âme. Être conscient que nous sommes déjà sur notre chemin et que nous ne pouvons jamais le quitter. De même être conscient que chaque décision que nous prenons a des conséquences et que nous devrions autant que possible nous décider pour ce qui nous apporte le plus grand bonheur, sans nuire à autrui.

Passons à l'étape numéro deux :

Solutionner la tâche ou les tâches

Contrairement à notre mission, la tâche, ou aussi les tâches car elles peuvent être multiples, est une question très personnelle.

Si nous examinons de plus près le mot tâche et la façon dont nous l'utilisons dans notre vie quotidienne, ce n'est pas une affaire très agréable. Les tâches sont le plus souvent quelque chose que nous devons faire, que nous le voulions ou pas.

Cela concerne également les tâches amenées par l’âme.

Quelle est donc ma tâche ?

C’est très simple : c’est ce qui continue à te poser un défi dans ta vie et qui déclenche tes émotions.

Que ce soit au niveau professionnel, financier, au niveau de la santé, du couple ou de la famille, dans un ou plusieurs de ces domaines, nous semblons, comme dans une roue de hamster, attirer constamment les mêmes situations. Et bien souvent, même le fait de traiter ces situations de manière différente ne nous permet pas de quitter enfin cette roue de hamster.

Mais pour résoudre la tâche, il faut une nouvelle attitude « intérieure ». De toute façon, la manière dont nous traitons les défis dans notre vie change lorsque nous avons appris à transformer les émotions déclenchées par eux.

Et les circonstances extérieures que nous rencontrons, changent ensuite comme par magie !

Prenons par exemple deux personnes qui sont toutes deux sans emploi et qui ont de ce fait des difficultés financières.

Alors que l'un se soucie, reste fixé sur ses craintes existentielles et écrit trois candidatures par jour, l'autre garde confiance, n’envoie sa candidature que là où il aimerait vraiment travailler et observe les angoisses existentielles de manière impartiale et sans y abandonner.

Dans notre monde, nous voyons souvent que le second dans cet exemple réussit rapidement à se remettre sur pied. Il se peut même qu'une connaissance lui fasse une excellente offre d'emploi sans avoir fait quoi que ce soit pour cela, alors que la personne numéro 1 ne comprend pas pourquoi ses efforts ne sont pas récompensés par l'Univers.

Cet exemple peut s’appliquer à tous les domaines de la vie, c’est pourquoi pour beaucoup de gens ce monde où Dieu ne semble pas loyal.

Je ne peux pas vous dire combien de fois j'ai déjà entendu la phrase « Mais qu’est que je dois encore faire d'autre ? »

Bien que la résolution de la tâche nécessite une action extérieure, elle nécessite en premier lieu une chose : Le travail intérieur !

Et jusqu'à présent, je n'ai trouvé qu'une seule façon d'y parvenir, à savoir : La voie de la méditation !

(Si tu veux savoir plus sur la méditation appropriée - ici, le lien vers mon cours par correspondance "Meditation richtig erlernen") « Apprendre la méditation correctement »)

Par méditation, je ne parle pas des méditations guidées, car elles sont proposées en masse sur Youtube et sur d’autres plateformes. Non pas que je ne les trouve pas bonnes, j'en ai déjà écrit quelques-unes moi-même. Elles sont un bon outil pour se débarrasser des programmes indésirables ou pour se détendre, mais celui qui veut vraiment résoudre sa tâche ne peut pas éviter les techniques de méditation classique, comme la méditation Zen, Vipassana ou d'autres formes de méditation de pleine conscience.

Le but premier de cette forme de méditation ne vise pas la détente (même si certains jours un état de relaxation profonde peut survenir), mais c’est une forme d’entrainement de l'esprit qui nous amène à ne plus être dominé et guidé par nos émotions et pour enfin devenir maître de nous-mêmes et de notre vie.

Lorsqu’il s’agit de notre tâche, il suffit souvent de 10 à 20 minutes par jour pour enregistrer les premiers succès après quelques semaines !

Par conséquent, résumons, nous avons besoin des éléments suivants pour résoudre notre tâche/nos tâches : Une réflexion attentive par rapport aux émotions déclenchées et une bonne dose de démarches à l’extérieur. Nous n'avons pas besoin de nous dépenser à fond à l'extérieur, mais d'être patient et persévérant en apprenant à regarder notre intérieur sans juger.

Il est également important de ne pas s’accrocher au but, ce qui ne signifie pas que nous ne pouvons pas souhaiter un « résultat positif » ou une « guérison ».

J'entends ou je lis souvent à propos de techniques qui invitent à « envoyer ou à respirer la lumière avec une certaine intention ». Je ne dirais pas que la visualisation de la lumière ne fonctionne pas, mais seulement à condition d'avoir un esprit attentif et sans jugement et si possible sans intention. Si « l'omission » de l'intention ne fonctionne pas, alors la prise de conscience et l’observation sans jugement de l'intention elle-même sont utiles.

Étape numéro 3:

Trouvez la vocation et la vivre

Le mot vocation n'a pas à voir avec le mot profession, mais avec appel ! C’est l’appel du cœur, le désir de l’âme. Et même si l’appel est à nouveau une affaire très individuelle et personnelle, nous partageons tous au fond le même désir : « transmettre ce que nous avons appris en résolvant nos tâches ! »

La façon dont nous le faisons n’est pas très importante. Que nous le fassions sous la forme d'une nouvelle profession, que nous l’introduisions dans notre profession actuelle, que nous le fassions en tant que mère ou père, comme écrivain, guérisseur, enseignant, ou tout simplement en vivant ce que nous avons appris, étant un exemple silencieux pour autrui. Celui qui vit sa vocation est heureux et, sans se renier lui-même, il fait en sorte que les autres se sentent bien.

La bonne nouvelle est : Tu ne dois pas résoudre complètement toutes tes tâches pour vivre ta vocation !

La vocation est tout simplement ce à quoi aspire notre cœur. Mais si nous n’avons pas résolu notre tâche, du moins dans une certaine mesure, nous n’entendons tout simplement pas cet appel. D’ailleurs, il ne nous est d’aucune utilité qu’un médium nous dise quelle est notre vocation. De plus, la vocation n'est pas spécifiée concrètement.

La manière dont nous transmettons nos connaissances est laissée à notre libre choix. Que ce soit avec éclat ou silencieux, actif ou passif – le principal, c’est que cela nous donne de la joie !

Avec le progrès de la résolution de nos tâches, il est tout à fait possible, voire probable, que la façon de vivre la vocation change.

Pour illustrer ceci, j’aimerais vous donner l'exemple suivant :

Un jeune garçon voit sa vocation dans le fait de devenir enseignant. Mais ce n'est pas possible tant qu'il n'est pas allé à l'école lui-même. Après l'école primaire, il fréquente un lycée et donne en outre des cours particuliers de rattrapage aux élèves plus jeunes. Ainsi, il vit déjà sa vocation, bien qu'il n'ait pas encore complètement achevé sa tâche, la formation pour devenir enseignant.

Cependant, après avoir terminé ses études, il se rend compte qu'être enseignant ne le comble pas autant qu'il le pensait, vu que le système scolaire ne lui offre pas la capacité d'enseigner comme il le souhaiterait.

Maintenant il considère que sa vocation est de développer un nouveau système scolaire ou même à créer une nouvelle forme d'école.

Dans cet exemple, la vocation a changé par l'achèvement de la tâche et cela s'applique également à la vocation de notre âme.

La vocation n'est pas statique, pas immuable - elle n'est pas le but !

Encore une fois, parce que c'est important : La vocation n'est pas le but!

Encore et encore, je constate, même pour moi-même, comment nous, en tant qu'êtres humains, avons tendance à vouloir atteindre un certain but. Beaucoup d’entre nous considèrent que vivre la vocation est le but de notre vie, mais ce que j’ai appris jusqu’ici sur ma voie, c’est qu’il n’ya pas de but à atteindre!

Cette prise de conscience m'a aidé à relâcher une grande partie du stress que je me suis créée moi-même. Car en fin de compte, la vocation à vivre ne signifie qu’une chose :

« Trouve le contentement, partage ton bonheur et tes idées avec les autres et aide-les à ta façon personnelle à se rapprocher eux aussi un peu plus du contentement ! »

La façon dont tu le fais t’incombe. Arrête de demander aux autres quelle est ta vocation, car personne n’empruntera ce chemin de la même manière que toi ! Aucune réponse de ce monde ne te rapprochera de ta vocation, en dehors des réponses que tu reçois à l’intérieur de toi, au-delà des mots.

Ce fut un plaisir de partager avec vous les connaissances que j'ai acquises grâce à mon travail, à la fois par rapport à moi-même et avec les autres.

J'ai toujours considéré l'écriture de ces articles comme ma vocation, même si je ne l’ai guère suivie ces dernières années. Comme déjà mentionné, ce sont les défis de mes tâches qui m'ont en quelque sorte empêché de le faire. Cela fait partie de la vie et nous traversons tous ces étapes.

Mais ce n’est que lorsque j’ai cessé de travailler avec les méditations et d’autres techniques, que je connaissais de l’hypnose et du travail énergétique, et que j’ai finalement relevé le défi de la méditation de la pleine conscience, que j’ai pris conscience que le travail de la Lumière signifie au fond travail de pleine conscience. Non pas que je ne le savais pas déjà d’une certaine manière auparavant, mais maintenant je l'ai compris d'une manière beaucoup plus profonde, que je ne peux vraiment pas mettre en mots.

Je ne peux que vous indiquer un chemin, mais chacun doit l’emprunter pour lui-même!

Oh, et encore : ne vous attendez pas à arriver au but, récoltez simplement les fruits du contentement qui peuvent déjà se trouver sur ce chemin.

Avec amour,

Votre Shari

Traduit de l'Allemand par Sophia (Belgique). Le texte original se trouve en allemand sur : http://www.sternenkraft.at © Shari D. Kovacs (Lektorat : Lara).Ce texte peut être reproduit, diffusé et utilisé en public à condition de : citer les auteurs tel qu’ils se sont définis eux-mêmes (http://www.sternenkraft.at) Le texte ne peut pas être retravaillé ou modifié. En cas de diffusion, les personnes qui lisent/écoutent ce texte doivent être informées des conditions de la licence de ce texte. Chacune de ces conditions peut être annulée après un accord écrit des auteurs/ayants droit.

Source : http://ashtar.sheran.free.fr/

Pour un meilleur partage, indiquer la source de votre lecture, en respectant le texte, y compris cette ligne.
http://etredelumiere.ordi-netfr.com/

"J’ai l’espoir que les gens ne prendront pas ce qui est dit comme la vérité,
mais la découvriront par eux-mêmes, parce que la vérité n’est pas dite, elle est réalisée."
Ne prenez rien pour vérité. La vérité, votre âme la connait, car la vérité ne s’enseigne pas « elle est ».
Prenez l’habitude de vérifier par vous-même, de vous renseigner, de vous informer et d’écouter votre sagesse intérieure. Vous avez votre Libre arbitre. Ne discutez jamais une intuition. Suivez-là. L’univers est gigantesque ! La vie dans l’univers est au-delà de l’imagination humaine ! Vous ne concevez qu’une infime partie de ce que peut être la vie..

« Nous sommes tous des visiteurs de ce temps, de ce lieu. Nous ne faisons que les traverser. Notre but ici est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer… Après quoi nous rentrons à la maison. » Proverbe aborigène

 


Page générée en 0.000121 secondes