Vous pouvez guérir votre passé

 

Message de l’Archange Camael, par Joéliah : vous pouvez guérir votre passé.

Fils et filles de la lumière, tout ce qui arrive a du sens divin, même si cela peut vous paraitre injuste.  Au-delà de tout jugement et de compassion envers ce qui est arrivé, nous allons juste vous donner des conseils pour guérir votre présent.

Ne soyez pas à vous morfondre à vous plaindre de ce que vous avez subi dans le passé. Le souvenir est resté dans une mémoire que vous entretenez.

Souvent, comme tant d’autres, vous faites vivre cette mémoire et revivre cette expérience, certains parfois, jusqu’à la mort. Au lieu de vous libérer, vous vous punissez à vie.  Et un acte du passé, continue de vivre pendant des années, des années, des années… alors qu’il est terminé depuis longtemps.  Entretenu, non pas par celui ou celle qui a pu vous faire du mal mais par vous-même. Parfois, cette personne est décédée ou a fait un travail de pardon.

Vous êtes alors votre propre ennemi. Aimez-vous et devenez votre propre ami ! Vous le méritez amplement.

Affirmez une fois pour toutes « ce qui est passé est passé, je suis ce que je suis. Aujourd’hui je désire changer et j’envoie plein d’amour pour le faire ».

Vous avez le droit de vous modifier à tout moment.

Prenez bien conscience que si vous l’avez subi, c’est que vous deviez le subir. C’était un choix de votre Être, non pas un choix masochiste, mais un choix de vivre l’événement pour pouvoir le dépasser, pour pouvoir le transcender par l’amour. Pour en comprendre le sens, parfois pour libérer un karma.

Chers enfants de lumière, profitez de cet instant maintenant pour couper, libérer une fois pour toutes et repartir à zéro.

Arrêtez de vous plaindre, de vous justifier, de justifier vos erreurs ou vos pertes. Arrêtez d’accuser : ‘c’est la faute de mes parents, mes professeurs, mes enseignants religieux ou autres…’ et comprenez, que c’est grâce à eux que vous êtes ce que vous êtes.

Tous ces ressentiments, il n’y a que vous qui les avez entretenus par la suite, même loin et seul, et il n’y a que vous qui pouvez les effacer.

Pour cela, inondez-vous de ce rayon d’amour. Acceptez de vous libérer, de pardonner, de vous pardonner. Acceptez d’être différent à partir de maintenant, pensez différemment, aimez différemment. Comprenez, développez la compassion et plus encore l’empathie. Mettez-vous à la place de l’autre pour essayer de comprendre pourquoi il a agit ainsi. Et plus vous comprendrez, plus l’amour se manifestera en vous.

Apprenez à arrondir vos pensées, pour certains, vous êtes trop rigides. C’est dans le cercle que se trouve l’amour. La critique émet des aspérités angulaires.

Au nom de l’amour, je vous souhaite tous vraiment de trouver cette liberté, cette libération. Tous les maîtres de ce rayon se joignent à moi pour que vous puissiez développer cette compassion si utile pour comprendre l’amour à un niveau divin. Recevez toute la bénédiction et la radiation du rayon rose.

Archange Camael canalisé par Joéliah. http://lejardindejoeliah.com
Gardez le texte entier y compris la source complète et le site si vous diffusez, merci.


Pour un meilleur partage, indiquer la source de votre lecture, en respectant le texte, y compris cette ligne.
http://etredelumiere.ordi-netfr.com/

"J’ai l’espoir que les gens ne prendront pas ce qui est dit comme la vérité,
mais la découvriront par eux-mêmes, parce que la vérité n’est pas dite, elle est réalisée."
Ne prenez rien pour vérité. La vérité, votre âme la connait, car la vérité ne s’enseigne pas « elle est ».
Prenez l’habitude de vérifier par vous-même, de vous renseigner, de vous informer et d’écouter votre sagesse intérieure. Vous avez votre Libre arbitre. Ne discutez jamais une intuition. Suivez-là. L’univers est gigantesque ! La vie dans l’univers est au-delà de l’imagination humaine ! Vous ne concevez qu’une infime partie de ce que peut être la vie..

« Nous sommes tous des visiteurs de ce temps, de ce lieu. Nous ne faisons que les traverser. Notre but ici est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer… Après quoi nous rentrons à la maison. » Proverbe aborigène

 


Page générée en 0.000108 secondes